Algérie : l’alphabétisation, une priorité pour « la ville des roses »

Au total, 756 heures d’enseignement pour une durée de 18 mois, avec l’objectif tracé de faire disparaître l’analphabétisme d’ici 2016, c’est la mission donnée à l’office de lutte contre l’analphabétisme, un office rattaché au ministère de l’Education nationale. Selon certains agents bénévoles et affiliés à l’association « Iqra », le volontariat a été la force première pour conjurer un des maux sociaux dont souffrent les citoyens. Il est à observer, uniquement pour la wilaya de Blida, un taux de 12,80 % d’analphabètes : un taux élevé au regard des efforts consentis depuis l’indépendance pour l’éducation nationale.

A l’occasion du festival « Lire en fête » qui s’est tenu à Blida au niveau du Centre d’information de la 1°RM, le stand réservé à l’alphabétisation ne chômait pas, avec l’afflux d’un public, notamment adulte et féminin, en quête de plus de renseignements sur les possibilités et facilités accordées afin de profiter de cette ouverture. « J’ai besoin d’apprendre pour au moins lire le Coran » dira une maman venue avec trois de ses enfants. Un parent s’est dit enthousiasmé à l’idée d’inscrire sa mère pour les cours du soir à Oued El Alleug. Cette dernière localité, avec un statut de région rurale, approche le quart d’analphabètes avec le chiffre de 18 300 personnes ne sachant ni lire ni écrire. « Nous avons l’Arba, Meftah et Boufarik comme le triste palmarès des daïras de la wilaya de Blida où le taux d’analphabètes dépasse les 25 % », déclarera une responsable qui montrera que le pourcentage des citoyens de ces régions s’étant inscrits dans leurs structures ne dépasse pas les 8,30 %, soit moins de 13 000 personnes.

La priorité va vers la femme et les régions rurales

La priorité va vers la femme et les régions rurales, mais des écueils sont présents tels les programmes jugés rebutants, l’inconscience de certains responsables de structures qui n’encouragent guère les apprenants, le volume horaire -6 heures  par semaine- jugé insuffisant. Une enseignante évoqua la priorité des vieilles femmes qui s’inscrit dans l’apprentissage du Coran et des préceptes religieux afin de faciliter le pèlerinage aux Lieux saints.
Six ministères impliqués dans cette mission : Education nationale, Culture, Jeunesse et Sports, affaires sociales, Affaires religieuses et Intérieur, mais les résultats ne sont pas ceux attendus même si beaucoup de progrès ont été réalisés à travers la population carcérale et les jeunes filles du secteur rural.
Des programmes appropriés et tenant compte du sexe et de la tranche d’âge, ramèneraient sans doute plus de candidats à l’apprentissage : tel est le constat issu du débat avec les responsables du stand et quelques citoyens venus s’informer durant ces journées de « Lire en fête » à Blida. « Il n’est pas facile d’intéresser ma mère à des contenus que moi-même j’ai des difficultés à suivre » déclarera une jeune enseignante présente. La révision des programmes serait-elle à l’ordre du jour dans un proche avenir ?IMG_1493

 

La daïra regroupe plusieurs communes.

La Wilaya est une division administrative variant en superficie et prérogatives, cette appellation équivalant selon les Etats au département, ) la région ou à la province.

2 comments on “Algérie : l’alphabétisation, une priorité pour « la ville des roses »

  1. Mes félicitations monsieur. Je suis très heureux par toi. Moi aussi a été selectioné. Malheureusement Ahlem, elle n’ai encore pas été selectionée.

    • Merci pour ces encouragements et ces félicitations. La réciprocité est de mise. Dommage pour ma consœur.

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>