Que vive le livre !

Rencontre avec M. Mahfoudh, libraire d’un genre spécial, installé en plein centre de Blida. 

Le livre semble l’occupation principale de ce sexagénaire bien dans sa peau. À la seule vue des étagères encombrées de livres dans l’étroit appartement qu’occupe M. Mahfoudh au centre-ville de Blida, nous avons envie de crier : Que vivre le livre ! Huit mètres de mur sur une hauteur de plus de deux mètres, voilà les dimensions de l’espace réservé aux livres. Toutes éditions, tous thèmes et plus d’un siècle de vie : nombreux sont les livres, ici, qui ont été sauvés du feu ou d’un devenir comme emballage de cacahuètes et d’épices diverses.

Mahfoudh dans son antre. P. Mekfouldji

« Lorsqu’ils connaissent mon existence, des gens m’appellent pour venir les « débarrasser » de leurs livres, après le décès d’un de leurs proches » affirme, presque malicieusement, ce sexagénaire qui fut responsable d’un bureau d’études dans l’administration locale. « J’ai aménagé mon espace dans la seule optique de disposer d’un lieu pour ranger ces livres qui me proviennent de partout. » D’anciens collègues, des amis d’enfance, des connaissances à travers les réseaux sociaux alimentent le bonhomme, qui occupe ainsi admirablement son temps ! « Vous ne pouvez pas penser le nombre de livres qui aurait pu finir leur vie bien avant que je ne m’en occupe » ajoute le « bouquiniste ». Il n’hésite point à se rendre à Alger, Bouira, Chlef, Tizi Ouzou pour vendre des livres ou en acheter, selon les annonces.

Peu d’espace pour bouger… Ph. Mekfouldji

Mahfoudh vient de renforcer son réseau à l’international grâce à des membres de la famille qui « rentrent » au pays avec quelques titres commandées chez des bouquinistes de France et de Belgique, et qui trouvent preneurs chez les étudiants algériens. « Je m’intéresse à toutes les filières et j’essaie de dresser un état des besoins. On me vient d’Oran uniquement pour un titre nécessaire à la soutenance d’une thèse, notamment dans les filières scientifiques » assure le parfait francophone. Autre exemple insolite : il a fait la connaissance d’un bonhommede nationalité turque, amateur de musique andalouse, venu en taxi depuis la capitale Alger sise à 50 km… Afin de se porter acquéreur de vinyles de célèbres chanteurs algériens comme Ahmed Serri ou Dahmane Benachour.

Livres et disques sont la vie de Mahfoudh. Ph. Mekfouldji

Lorsqu’on lui demande quel est l’impact des jeux vidéo sur l’amour des livres, M. Mahfoudh assure que l’activité de lecture existe toujours. Mais pour la préserver, il souhaite que les enseignants y mettent du leur, afin de mieux faire connaître les auteurs. « Un enfant aime toujours lire et écouter les fables de La Fontaine, rêver avec les aventures du « Petit chose » et les classiques de la littérature française ont toujours leurs lectrices et lecteurs » révéle-t-il.

Mahfoudh rêve d’une génération qui revient à la lecture. Ph. Mekfouldji

Sur une table basse sont empilées les œuvres complètes de Lénine, en français. À notre interrogation, il répond que c’est la commande spéciale d’un lecteur amoureux du personnage historique et de ses idées.

Même le match était oublié… Tout pour le livre ! Ph. Mekfouldji

Pendant notre entretien, le match de Champion’s League Chelsea – Barcelone se déroule sur petit écran. Mais le sexagénaire préfère largement la compagnie des livres, et son sourire en dit long sur son amour à la chose écrite ! Avec lui, le livre a encore de beaux jours en Algérie !

1 comment on “Que vive le livre !

  1. Jinane Houdeib

    Je suis épatée de voir qu’il existe des gens encore amoureux des livres, et dans la même ville dans laquelle je vis, et j’espère rencontrer cette belle personne un jour. Merci pour cet article.

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>