Blida, Bab Sebt pour tourner en rond

Désert urbain ! Bab Sebt pour tourner en rond. Un qualificatif  pouvant illustrer le quotidien d’un lieu qui pourrait re-devenir mythique. De porte de début de semaine de l’époque ottomane, ouvrant sur le dynamisme d’une ville à vocation commerciale et agricole à la Bab Sebt permettant d’arpenter un boulevard Trumelet garni de bigaradiers du temps de l’occupation française puis les premières années d’indépendance et l’effervescence d’une jeunesse embrigadée dans les mouvements politiques et les associations sportives, les grands débats aux ciné club, centres culturels algérien et français (tiens ?), les passages de groupes de filles et garçons des deux seuls lycées  de la ville, Ibn Rochd et El Feth, une maison de la Presse bondée, avec des livres à la portée de tous, l’affichage des programmes de la semaine pour les sept salles de cinéma que comptait la ville. Les cafés Novelty et Milk Bar du bas rivalisant avec La Paix, L’Exquise, le Rendez-vous du haut du boulevard et de la Place du 1er  Novembre pour servir au quart de tour une clientèle attablée avec l’unique titre de quotidien d’information, la carafe d’eau et le verre reluisant précédant toute commande. Jeannot, Kabrane, De gaulle, Patiguel : personnages hauts en couleurs, passant au travers de défilés de police militaire surgissant du néant.

Place du 1er Novembre, endroit mythique de Blida. Ph Mekfouldji

Service national, révolution agraire, quartier réservé ramèneront leur flux de migrants ; la mue s’opérait imperceptiblement. Les tables de café ne s’essuyaient plus, le verre d’eau ne suivait plus, l’affichage du programme cinématographique  hebdomadaire ne s’opérait plus, les enceintes militaires se délimitaient et se fermaient, créant deux espaces –ou deux mondes : civils et militaires. Coopératives d’entreprises remplaçant les centres de jeunesse, marchandise de souk El Fellah revendue à même le sol cultivaient –ou enracinaient le souci de remplir l’estomac. Les salles de cinéma commencent à disparaître, tout autant que les fièvres du samedi soir puis une ouverture brutale sur la « voix du peuple » du mois d’octobre, des symboles de l’Etat incendiés, quelques morts puis une anarchie s’enlisant, une errance et vint la décennie où il s’agissait beaucoup plus de survivre.

Bab Sebt Quartier central de la ville de Blida Ph. Mekfouldji

Les autochtones ont perdu la boussole ! Les coopératives immobilières, les lotissements sans plan directeur, les entreprises privées fermant à tour de bras devant la déferlante du « bazar » où tout s’importait et se vendait par la faute d’une faune sauvage voulant in-volontairement la mise à mort de l’esprit résistant de l’Algérien en général. La résistance n’a plus lieu d’être et c’est le déficit de civisme qui frappe tout le monde.

Bd Laïchi, avec un Blidéen devenant un des symboles de la ville Ph Mekfouldji

Trottoirs occupés par des commerces de jean’s et de parapluies made in, des mannequins sous différentes poses, des librairies et des commerces qui se transforment en fast-food, le « tout à l’estomac » qui fait déglutir ! Bab Sebt devient anonyme ! La « normalisation » par le bas bat toujours son cours…

Une propreté rarement constatée Ph. Mekfouldji

C’est la mort métaphorique d’un lieu.

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>