Vacances quoiqu’il arrive

L’été est arrivé à Blida. Alors que ceux qui travaillent toute l’année posent peu à peu leurs congés, la crise qui a suivi la saisie de 700 kg de cocaïne continue, éclaboussant les hautes sphères.  

L’été est là ! À Blida, la canicule n’est certes pas de l’importance du Sahara algérien mais le bassin qui enfouit la ville ne laisse point passer de souffle d’air. Si les riches semblent être toute l’année en vacances – leur progéniture passe même des weekends dans les pays européens du bassin méditerranéen -, cette fois-ci, les vacances pour « pauvres » s’imposent. Des vacances pour couches travailleuses, smicardes, au chômage, ou tout simplement, sans ressources permettant de partir en…vacances. On parle souvent de prendre « congé »… La nuance est sans doute là !

Pour la grande ville de Blida ( 300.000 habitants pour la seule commune ), beaucoup disent que ses habitants subissent le – mauvais – sort, mais ces langues aptes à se délier semblent ne pas connaître la climatologie, la géographie, les reliefs. Qu’elles s’instruisent donc : l’essentiel est ailleurs ! Il suffit de grimper une jolie route en lacets pour atteindre, après 18 km, la station de montagne Chréa, envahie certes par les nouveaux riches mais qui continue à diffuser sa fraîcheur. Aller de l’autre côté, vers le nord, fera déboucher le pauvre Blidéen sur le littoral de la Méditerranée, après moins de 40 km de route. Bou Ismaïl (ex. Castiglione), Aïn Tagourait (ex. Bérard), Tipasa, Cherchell… autant de lieux qui offrent « gratuitement » leurs eaux aux baigneurs.

Bord de mer après Cherchell. Ph. Mekfouldji

Les gens de Blida vont partout, même à l’étranger ! Tunisie, Espagne, France, Turquie, Egypte reçoivent des « fournées » de Blidéen. Ils fuient la fournaise de leur ville et viennent chercher d’autres sensations, parfois à l’abri des regards malveillants des voisins et des cousins. Les moyens ne sont pas les mêmes et des langues pourraient relater quelques histoires qui alimenteraient les cafés, les écoles, les salles de fêtes durant les autres saisons de l’année.

Se préparer pour la plongée, même à la maison. Ph. Mekfouldji

Pour l’ambiance, à l’heure du départ en congés, beaucoup de gens attendent que quelque chose se passe en « haut lieu », chez les « décideurs » du pays. L’affaire des 700 kgs de cocaïne et de la viande congelée saisis la semaine dernière attend notamment une résolution : après avait été mise sur un bateau à destination d’Alger, la « cargaison » avait finalement changé de bateau en Espagne pour prendre la direction d’Oran. Sa découverte a provoqué un grand scandale qui a éclaboussé les hautes sphères du gouvernement algérien, après que l’affaire a été prise en charge par les services de la Défense nationale. Si la marchandise a été saisie à Oran, d’aucuns se demandent pourquoi le jugement aura lieu à Alger (?). Des têtes ont commencé à sauter, et on parle de règlements de comptes et de changement de cap pour les gouvernants et décideurs du pays.

Dans cette lutte clan(s) contre clan(s), le simple citoyen voudrait bien être laissé tranquille : il a déjà donné pour tout le monde. Des affaires louches ont lieu en économie, en politique, en industrie, en agriculture ; des affaires découvertes mais jamais jugées, des détournements avérés mais dont les auteurs sont laissés tranquilles, de l’immobilier acquis avec l’argent public en Espagne, en France et en Italie par de hauts responsables politiques, mais un vrai laissez-faire, des assassinats de personnes gênant la trajectoire du Pouvoir qui demeurent impunis… Le chef suprême de la police, M. Hammel, a malgré tout été démis de ses fonctions, des procureurs sont tombés, des enfants de grands responsables nommés par le principal trafiquant, à la tête lui-même d’un immense trafic dans l’immobilier, Kamel « le boucher » donne des noms, ayant lui-même pris la précaution de filmer tous ceux qui avaient trempé dans ses affaires.

Le simple citoyen laisse exprimer sa lassitude en ne s’intéressant plus à ces événements ! Les vacances pour « pauvres » ne seront pas dérangées par ce remue-ménage. La coupe du monde de Russie, reçue dans les chaumières grâce aux largesses de chaînes allemandes, sert cette année de dérivatif. D’autres évoquent les examens de fin d’année pour oublier que cette année s’étire.

Les examens ne finissent jamais pour certains. Ph. Mekfouldji

La table sera servie en septembre mais qu’y aura-t-il au menu ? Il vaut mieux prendre quelques jours de vacances et voir venir…à l’ombre d’un parasol, non d’un cocotier.

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>