Remplacement des médecins en vacances

Le remplacement des médecins partis en vacances bat son plein ! Est-il possible d’abandonner son malade, son patient, pour se permettre des jours de détente ? Rares sont les médecins privés, notamment les spécialistes, à prendre le soin d’orienter le malade suivi sur un confrère, un collègue. N’existe-t-il pas un code de déontologie pour parer à ces carences ?

Nombre de médecins privés sont en congé Ph. A.Mekfouldji

Un rapide tour auprès de quelques cabinets privés a renseigné sur un autre aspect : le remplacement des médecins ne respecte point l’inscription au tableau de l’Ordre et que de parfaits inconnus exercent à la place des titulaires. Un de ces médecins, de sexe féminin, a même usé d’injures pour me signifier que cela ne me concernait pas ! Du monde à l’intérieur et parmi les malades, rares étaient ceux qui savaient qu’ils avaient à faire avec une remplaçante –une doublure- et aucun avis n’était mentionné dans la salle d’attente. Supercherie ? Trahison de la confiance ? Irresponsabilité du premier médecin ?

Cabinet de médecin     Ph Mekfouldji

Partir en vacances est un acte « légal », mais tout autant l’est aussi l’assurance du suivi des patients ! Qu’adviendra-t-il si un patient succombe faute d’une juste évaluation de son mal, notamment lorsque ces derniers sont pris en charge juste avant le départ ! Une négligence passible des tribunaux. Le départ en vacances devant être une agréable et douce perspective pourrait se transformer en mauvaise surprise avec des jugements auprès des tribunaux.

Des soins dentaires laissés en chantier, des soins postopératoires « abandonnés » aux mains de remplaçants ne disposant point de fiches de suivis. Le calvaire de certains malades s’accentue avec les chaleurs et l’absence du médecin traitant !

Vague de chaleur sans précédent à Blida. Ph Mekfouldji

Ne pas aviser un malade du remplacement du médecin, lui qui a été orienté vers « ce » praticien, relèverait de la trahison. La recherche du profit pourrait également être un mobile suffisant pour d’abord ne pas fermer son cabinet puis garder un maximum de clientèle. Il est dit que des médecins privés reçoivent jusqu’à 100 patients/jour. Est-il possible d’ausculter un tel nombre de malades dans la journée ? Dans les hôpitaux publics, le médecin ne dépasse guère les 25 consultations à lui seul ; à l’extérieur, le nombre est quadruplé !

L’Ordre des médecins a du pain sur la planche ! L’anarchie facilement visible devant beaucoup de cabinets auxquels un passage discret a été accompli, devrait cesser, pour la quiétude de citoyens aspirant également au repos estival.

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>