L’homme ailé, nouvelle

Une fois n’est pas coutume, une nouvelle fantastique  se voulant merveilleuse a été rédigée en une seule nuit du mois d’août. Elle est publiée pour le plaisir et, pourquoi pas, recevoir un jugement.

         Gardiens du patrimoine (?)

L’homme ailé

Le Tafouk (soleil) déclinait dans le ciel encore rougeoyant et louar (lune)  osait apparaître timidement, permettant à Sassoud, le saint de l’Ahhagar, de poursuivre l’apprentissage de la sagesse et de la patience à son fils Amamelen. Il était question en ce début de soirée du sens du sacrifice. « Tu es doté mon fils d’ailes qui se déploieront à la vue de dangers imminents et celles-ci t’emmèneront au Soudan, chez nos cousins cueilleurs de sel. » Amamelen se frottait le bas de l’épaule droite et il devinait une excroissance qui pouvait être celle de ces ailes dont lui parlait son père, un père adoptif puisqu’il ne lui connaissait point de femme, et donc de mère. Un feu de bois devenait braise au fil de la leçon et une théière surgit du néant, où la boisson chaude, brûlante même, tournait de la couleur transparente à la couleur de l’urine – une volonté de Amamelen de toujours comparer la boisson aux petits besoins de son puissant chameau, son bolide du désert. Le sable se rafraichissait, ses grains changeaient de couleur et les deux personnes se concentraient sur l’ébullition de l’eau dans la théière avant que Sassoud n’y verse une poignée de thé vert. Le long bras de Sassoud commença le rituel du mélange à travers la distribution « équitable » du thé sur deux verres, les reversant dans la théière puis les remplissant à nouveau : la couleur changeait réellement et, enfin, la distribution eut lieu. Tout en appréciant le breuvage, Amamelen  interrogeait son père : « Comment traverser le grand Reg, où retrouver les Gueltas indispensables à la survie, par quel moyen deviner les oasis amies, … » Sassoud lissait sa grande barbe blanche, fixait des yeux ce fils paraissant peu téméraire. Il dit, d’un ton calme mais sec : « Ton chameau te guidera, tes ailes sauront naviguer dans les airs et tu apprendras à les guider à force d’entraînements. Tu pourras même prendre un peu du courage de nos Anciens, consulte l’histoire des hommes qui nous ont précédés… » À ces mots, Amamelen remua ses bras et sentit alors une charge lourde au dessus de ses épaules : les ailes se déployaient ! Il n’eut pas le temps de prendre part au troisième passage du thé, signe de remerciement à Dieu et il s’éleva à travers le Tassili des Ajjer. Il dominait toute la hamada où quelques eaux de ruissellement laissaient paraître de maigres débris de végétaux. Son regard se promenait encore au loin quand il aperçut non point des tentes, des khaimas, mais des habitations en dur , aux couleurs du sable et du blanc du ciel par des matinées encore épargnées par le Tafouk pratiquement toujours en colère et le faisant ressentir à tous les audacieux osant l’affronter avant sa disparition le soir au profit de Louar toujours clémente mais qui n’ose point être présente de façon continue.

                Monde étrange

Amamelen décida de voler jusqu’à l’oasis et il en fut très proche en moins d’une heure ! Toujours impatient et curieux, il entra sans précaution dans l’oasis d’Erg et une de ses ailes abîma une foggara. Une centaine d’hommes et de femmes vinrent à sa rencontre, mis en colère par les dégâts et voulant savoir quel était cet être étrange qui avait l’apparence d’un homme et d’un grand oiseau à la fois. Les deux antagonistes, fort inégaux en nombre, s’observaient et longtemps après, Amamelen prit la parole :

  • J’habite une khaima pas loin d’ici et je voulais connaître votre peuple et votre mode de vie.
  • Et qui êtes-vous ? avança un homme paraissant le chef de l’oasis.
  • Je suis Amamelen et j’appartiens à la tribu Touareg de l’Ahaggar.
  • Comment portes-tu des ailes ? lui posa la question un jeune homme de forte corpulence.
  • C’est un don de notre sage Sassoud, octroyé pour faire face aux dangers !

Une jeune femme sortit du groupe de curieux, avança vers Amamelen et lui lança :

  • Tu devras réparer ce que tu as détruit en partie mais tes ailes ne te seront d’aucune utilité puisque cela se passe sur terre.

Amamelen observait cette jeune femme, aux traits clairs, au melhfa digne et très colorié. Elle le regardait sans gêne, confirmant par là son rôle de chef de famille, notamment avec ses bras où des tatouages apparaissaient, tenant ses hanches minces. Il eut cette réponse de génie :

  • Certes, je ne peux réparer ce que j’ai abîmé accidentellement mais je saurais vous être utile pour une autre mission.

Des murmures fusèrent de la foule et une autre femme s’approcha :

  • L’eau manque dans notre oasis, comment pourras-tu nous en donner si tu as ce pouvoir ?

Amamelen sentit ses ailes disparaître ; il eut un mouvement de recul, ses yeux s’écarquillèrent et sa bouche demeura sans voix.

La première femme vint alors à son secours :

  • Tu as dû voler longtemps, viens te reposer dans notre maison.

Il passa devant un groupe de méharistes, un bétail très amaigri cherchant difficilement un pâturage devant les entrées de maisons généralement recevant un toilettage et permettant ainsi à l’herbe de pousser. Il toucha de ses mains les murs sur son passage et se promit d’en construire de pareils dans son oasis au cas où il y retournerait. Il doutait déjà de sa survie au milieu de cette population loin d’être accueillante. La jeune femme le présenta à son père, Amenokal, avant de s’éclipser dans la salle à côté. Amamelen ne savait quoi dire  à ce vieil homme ressemblant étrangement à Sassoud. Il prit part au thé de bienvenue et, l’atmosphère devenant détendue, il se fit expliquer ce qui était attendu de lui.

  • Tu es capable de voler, tu auras donc la mission de remplir nos puits en nous ramenant l’eau des oueds que tu apercevras du haut du ciel.
  • Mais, Amenokal tout puissant, mes ailes ne poussent que selon une volonté que j’ignore et que je ne domine point !
  • Tu as été capable de venir jusqu’à nous, nous saurons attendre que tu en sois à nouveau doté de ce moyen propre aux oiseaux. Allah est grand !

Cette dernière expression signifiait qu’il mettait fin à l’entretien. Amamelen sortit de la chambre, alla s’asseoir au pied d’un palmier pour se protéger quelque peu de Tafouk maintenant haut dans le ciel et qui dardait ses rayons ressemblant plus à des épées foudroyantes. Il repensait à son père et aux mots de sagesse qu’il lui apprenait au fil des jours et des semaines. Il se rappela ainsi qu’il pouvait voir ses ailes se déployer s’il se sentait en danger mais là, rien ne le défiait à part le fait de devoir retrouver des points d’eau. Il alla chercher la fille, Awatif de son prénom, et lui conta son problème. Elle était belle, de cette beauté saharienne où les traits au henné noir dégageaient un regard étincelant. Elle s’était changée et portait un tissegh’ness qui lui moulait les formes. Un collier en argent, travaillé finement, ornait brillamment son cou et ses mains, également tatouées au henné noir, laissaient voir bagues et bracelets en argent qu’il n’avait jamais remarqué chez les femmes de son oasis.

  • Tu sembles perdu jeune homme ; que se passe-t-il ? Mon père te veut du mal ?
  • Non, pas du tout Awatif! Au contraire, il m’a bien reçu mais il m’a demandé à la fin une action que je crains de ne point réaliser.

Il expliqua la mission et raconta à la belle jeune femme comment il pouvait accéder à la puissance du port d’ailes. Elle réfléchit un long moment, appréciant au détour la compagnie de ce bel homme, puis lui trouva ce qui pouvait être la solution :

  • Il faudrait que nous te menacions de mort si tu ne nous ramènes pas l’eau avant le prochain lever de Tafouk et tu pourrais alors te voir pousser des ailes et t’enfuir. Mais, réaliseras-tu la mission une fois loin de chez nous ?
  • Toi Awatif, femme aux nobles sentiments, tu m’apportes la solution espérée. Comment pourrais-je alors t’oublier ?

Le plan mis en commun fut porté à la connaissance de l’Amenokal par la fille, sans faire part de la complicité des jeunes personnes. Il fut surtout question de la nécessité urgente de disposer de l’eau source de vie, de la sécheresse qui sévit et de l’absence de pâturage pour le bétail ainsi que de l’alimentation en légumes. Le tableau ainsi présenté par Awatif fit lever Amenokal qui alla voir de suite le jeune homme :

  • Amamelen, tu dois nous ramener l’eau nécessaire à notre survie avant le prochain Louar! Dans le cas contraire, nous devons te trancher les bras et les jambes et te laisser choir sur notre terre jusqu’à ta mort !

Le jeune homme fut effrayé à la seule perspective de perdre ses membres et acquiesça :

  • Je tenterai de ramener l’eau nécessaire à la vie, la seule capable de vous sauver Amenokal.

Dès la sortie de Amenokal, le jeune homme se prosterna et s’emplit de la pensée de Sassoud  le sage. Celui-ci lui parut au milieu de la nuit, à travers un rêve : « Tu iras à travers le désert de Tadrart, tu voleras au dessus des ergs d’Ouan Kassa et de Tin Merzouga, tu verras alors les peintures de Jabbaren sur le plateau de Tamrit et tu atterriras du côté de Oued Aroum qui te dévoilera la tombe. Tu prieras dessus et une fontaine surgira. Fais cinq fois le tour de la tombe à pied, n’endommage point tes ailes et reviens par le même chemin jusqu’à l’oasis où tu résides actuellement. Lève une armée de citoyens que tu guideras alors jusqu’à l’endroit en prenant soin d’emmener de quoi survivre durant des semaines. Tu chargeras ces hommes de creuser des foggaras jusqu’à  leur oasis. Ça sera le prix à payer. »

Amamelen se réveilla en sursaut, se répéta les consignes afin de n’oublier aucun détail et alla confier le projet, d’abord à Awatif puis  à Amenokal. Ce dernier, en grand chef hospitalier, servit le thé en trois étapes, accompagné de kessra propre à la région puis rappela les menaces planant sur le jeune homme au cas où le projet n’aboutirait point : « Tu seras recherché partout dans le Sahara. De l’Akba Tafilalet, nous pourrons apercevoir tes traces et les dieux du Sefar sauront nous guider jusqu’à toi. » Amamelen se souvient des histoires véhiculées par les mères et les grands-mères sur le pouvoir multiforme que les peintures rupestres de la cité troglodyte, notamment celles de Tin Zoumaïtec et les Tetras N’alies dont les pitons pourraient l’atteindre lors de son vol. Il jura de tenir parole, surtout que Awatif  et son charme l’envoûtaient déjà.

Sortant de chez l’Amenokal, Amamelen se concentra sur sa mission. Son corps se métamorphosait ; des excroissances virent le jour et il put s’envoler, pas avant d’avoir pris les mains de Awatif et de lui demander de lui porter chance. Elle tendit ses lèvres vers le front de « son prince » et appliqua un doux baiser. Les ailes se déployèrent et Amamelen fut en une seconde dans les airs, observé par tout le village. Rares étaient les personnes au courant de sa mission. Belkheir, un grand commerçant d’une ruelle voisine et ayant des visées sur la jeune Awatif, vint voir Amenokal et lui fit part de son projet d’épouser la jeune et belle femme. Cette dernière, mise au courant, alla pleurer dans sa chambre : « C’est un homme violent, rustre ! Comment pourrais-je l’accepter ? » Elle joignit ses deux mains et implora ses dieux qui ne l’ont jamais abandonnée : « Faites revenir au plus vite Amamelen et je le demanderais moi-même en mariage ! »

Amamelen était dans les cieux, survolant le plateau d’Alanedoumene puis le canyon de Rayay ; les Hamadas avec ses immenses dalles rocheuses ne pouvaient contenir l’eau dont avaient besoin les sujets de l’Amenokal. Il prit à l’est et il découvrit après des heures de vol ce qui lui était décrit comme le Fezzan. Le Tafouk, haut dans le ciel, lui brûla à ce moment une partie de ses ailes et il dût se poser sur terre. Nulle âme alentour, et le désert de pierrailles lui fit craindre de ne jamais pouvoir voler à nouveau. Il s’abrita derrière un gros rocher, à la recherche d’une ombre qui se faisait rare et, ô surprise, il entendit des hommes parler derrière le rocher. C’était l’entrée d’une caverne ! Un homme bardé de lames et de cimeterres accourut, le menaçant et lui donnant l’ordre de le suivre à l’intérieur de la grotte. Amamelen se leva douloureusement, fatigué et assoiffé qu’il l’était, et marcha devant le guerrier lourdement armé.

À l’intérieur de la grotte, un groupe de personnes, de peau noire, tenait conseil. L’un d’eux prit la parole, dans une langue qu’il comprenait à demi-mot, le Tamasheq étant sa propre langue. On lui fit comprendre qu’il n’avait rien à craindre s’il les conduisait vers son village et que toute leur marchandise soit troquée contre des vivres. Ils transportaient sur leurs chameaux accroupis à l’intérieur de la grotte des blocs de sel qu’ils devaient acheminer jusqu’à l’autre bout du Sahara, du côté de la Mauritanie. Diviser le trajet en deux valait la peine et le Chef voyait à travers Amamelen une occasion unique de retourner plus tôt dans son pays et nouer sans doute des relations avec un peuple à mi-parcours.

Le fils du sage Sassoud demanda à réfléchir un moment et on lui laissa un endroit pour « se recueillir ». Il implora alors son père de lui venir en aide. « Fallait-il poursuivre sa route à la recherche de l’eau pour l’Amenokal ou accompagner cette caravane jusqu’à son oasis et contribuer à l’action de troc ?  Le retard ainsi accumulé pourrait être compris comme une fuite par le père de Awatif et susciter sa colère. Et que penserait cette dernière ? Il avait également besoin de repos pour renforcer ses ailes et pouvoir voler à nouveau.

Le campement des Baka venus du Soudan sentait bon le sel, un produit qui serait bénéfique à son peuple mais la mission dont il était chargé lui tenait encore plus, surtout que l’enjeu non pas de la survie mais de l’union avec la belle Awatif occupait désormais ses pensées. À cette réflexion, ses épaules lui firent un peu mal et il ressentit désormais cette sensation de se voir pousser des ailes. Il promit au chef de la caravane de revenir le voir et, au détour d’une grosse pierre –préférant garder son secret-, il prit son envol, toujours vers l’est. Il arriva bientôt en vue d’une large bande verte, une oasis comme surgie du néant et se posa près d’une source d’eau. En un clin d’œil, il fut entouré par des hommes de Kel Aïr, des commerçants de chameaux et redoutables guerriers dont son père en avait fait la description un jour. Ils l’observèrent d’un regard non point méfiant mais menaçant, cherchant des explications à sa morphologie, le tâtant et le bousculant même. Il dut s’expliquer lentement, afin de ne point les froisser et leur raconta ses mésaventures.

Habitués au commerce et à l’imposition de toutes sortes de taxes, les hommes de Kel Aïr exigèrent qu’ils soient emmenés d’abord auprès des Soudanais de Baka qu’ils n’avaient pas vus passer afin de leur exiger le « droit de passage » puis vers l’oasis de l’Amenokal afin de négocier une conduite d’eau à travers la région jusqu’à la tribu de Awatif contre des marchandises à voir sur place.

À pied et montés sur des chameaux, les hommes de Kel Aïr arrivèrent après deux jours de marche à la grotte des Baka. Il leur fut facile d’imposer leur point de vue, soit le cinquième de la marchandise transportée, comme droit de passage et poursuivirent leur marche jusqu’à l’oasis de l’Amenokal qu’ils découvrirent au bout de cinq jours. Ce délai fut mis à profit par ces rugueux guerriers de Kel Aïr de connaître les forces des hommes à rencontrer. Le chef était même curieux de faire connaissance avec la belle Awatif que Amamelen avait décrit sous ses meilleurs atouts.

Après l’arrivée et un grand repas servi en l’honneur des invités, la discussion eut lieu dans le vaste salon de l’Amenokal. Ce dernier ne disposait pas d’une réelle armée, au contraire de son hôte et les échanges tournaient au profit de Kel Aïr. Le chef, à la vue de Awatif, la rajouta dans ses conditions, d’abord aimablement : « J’aimerais bien vous demander votre fille à emmener avec nous pour faire davantage prospérer notre tribu. » Devant le refus de l’Amenokal, de Belkheir et, surtout, de Awatef, les guerriers de Kel Aïr prirent un ton féroce et changèrent les conditions des échanges. Il fut alors question de taxer davantage l’arrivée d’eau, de multiplier par deux l’octroi de bêtes et de prendre le dixième de chaque récolte réalisée grâce à l’eau provenant du point d’eau d’où seront creusés les foggaras.

L’Amenokal demanda à parler à sa fille. Celle-ci montra sa farouche détermination à ne point être la compagne de « chef de brigands » selon son expression et demanda à s’entretenir avec Amamelen.

Retirés dans une petite chambre au fond de la maison, le jeune « couple » étudia toutes les possibilités d’échapper à ce tragique « troc ». Le Ma-tennà devint très sérieux, toutes les éventualités étant évoquées et les deux jeunes en vinrent à la conclusion qu’ils iraient réveiller les Dieux des grottes, les têtes rondes des forêts de Sefar et de Jabbaren dans le plateau de Tamrit et qui sauront les sauver des Kel Aïr et ramèneront eux-mêmes l’eau dans les foggaras et faciliteront les échanges avec les gens de Baka.

L’entreprise dura deux semaines entières et lorsque Amamelen décida de rentrer chez lui, accompagné de Awatif qu’il prit comme femme au terme d’un cérémonial grandiose et haut en couleurs, il se concentra tellement que les ailes lui sortirent du dessus de ses épaules mais l’élan donné les brûla et le jeune couple atterrit violemment sur terre, perdant la vie en ce désert du Tanezrouft, si cruel envers la nature et les hommes.

FIN

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>