Bounaâma, une mémoire …

Chaque 8 août qui arrive assure une escouade de voitures, certaines rutilantes, de vieux maquisards et de nouveaux –et anciens- responsables de l’Etat et de la région venant commémorer la date anniversaire de l’attaque portée contre le commandement de la wilaya IV avec à sa tête le commandant Bounaâma Djillali. Tombé au champ d’honneur avec ses compagnons le 8 août 1961, quelques mois avant l’indépendance du pays, ou plutôt, avant le cessez-le-feu déclaré le 19 mars 1962, le Chef a pu laisser son empreinte chez quelques témoins parmi les survivants mais sa mémoire se trouve quelque peu déstabilisée, au regard de ce qui se trame dans les hautes sphères du Pouvoir.

Trace de l'existence d'un grand chef

Trace de l’existence d’un grand chef


En ce 8 août 2015, 54 années après l’événement, ce sont toujours les mêmes têtes qui reviennent du côté de la rue Cherif Chalabi, venant de toute la région environnante : Mouzaïa, El Affroun, Miliana, Aïn Defla, Chlef, Chréa, Bou Arfa, Boufarik, l’Arbaa, Bou Medfaa. Leur nombre diminue selon deux critères : le premier relatif à l’âge puisque beaucoup d’entre eux sont âgés et sont ou malades ou rappelés vers l’eternel ; le second critère consiste dans la consistance du menu du jour puisque les méchouis faisaient légion avant et cela diminue également. Cette année, le nouveau wali de Blida, offre une réception en l’honneur des Moudjahiddine et … des ayant droit ainsi que les responsables actuels pour Blida.
Fleurs hommage
Certes, ces responsables ne sont pas nommés par Saïd Boutef, le frère du Président, qui a la main basse sur toutes les nominations actuelles : ministres, walis, chefs de région militaire et garde rapprochée du premier responsable du pays, immobilisé sur –ou dans- sa chaise roulante, mais ils feraient regretter à ceux tombés au Champ d’honneur de s’y être sacrifiés !
Quelqu'un a collé ce portrait à l'entrée du mémorial

Quelqu’un a collé ce portrait à l’entrée du mémorial


A l’heure où le cours du pétrole atteint des prix si bas, les têtes des responsables ne peuvent être relevés vers le haut, obligeant chacun à s’assurer les arrières ailleurs qu’en ce pays où le mécontentement gronde : chômage, logements, pouvoir d’achat sont parmi les plus cités quand ce n’est pas le grand débat sur l’éducation nationale et la langue d’enseignement dès les premières années du primaire. Débat culturel, débat sociologique, débat historique, débat scientifique : la saison estivale est occupée à plein temps !
Lieu du décès du Chef avec ses compagnons
Et de la bataille menée contre une des plus puissantes armées du monde, il ne reste que ce mémorial érigé à la mémoire du regretté Bounaâma Djillali.

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>