Choléra à Blida

Choléra à Blida ! Qui l’aurait pensé avant ? L’Algérie était renommée pour avoir éradiqué toutes les maladies contagieuses, les pandémies et les infections graves et contagieuses. Depuis 1962, date de l’indépendance du pays, il n’y a eu qu’une grave épidémie en 1986. Celle de 2018 révèle la carence de l’Administration de tout le pays ! Rares sont les communes qui prennent en charge d’une manière rationnelle et responsable l’hygiène publique : assainissement des eaux usées, sensibilisation, gestion de l’eau, manipulation des produits phytosanitaires, sélection des ordures, collecte des déchets ménagers.

Qui se soucie de la collecte immédiate ? Ph. Mekfouldji

Nombre de personnes comparent l’Algérie à un enfant orphelin ! Les gouvernants sont occupés à assurer leurs arrières en cas de suspension, de mises à l’écart et la corruption bat son plein à tous les niveaux. L’avocat Ali Yahia Abdennour, militant des droits de l’homme, dans une contribution parue dans le quotidien El Watan en date du 8 juillet 2018, évoquait la corruption, le népotisme, l’inflation à deux chiffres. Il a cité les 19 ans de pouvoir du président Bouteflika et la dépense de 1000 milliards de dollars avec des résultats médiocres.

Rares sont les admissions à l’hôpital de Boufarik. Ph. Mekfouldji

Choléra à Blida ! Ce que révèle le retour du choléra en Algérie, c’est la gabegie de tout un système basé sur la flagornerie, l’échec du système scolaire, la détérioration des hôpitaux, une économie dépendant uniquement du cours du pétrole, le culte de l’argent facile. La population ne se reconnaît point dans ses gouvernants et la révolte couve dans plusieurs régions, notamment au Sud du pays et en Kabylie. Irons-nous jusqu’à l’autonomie régionale ? On interdit des festivals et des concerts de musique durant l’été, à Ouargla à la fin du mois de juillet et à Sidi Bel Abbès le 1er août, on interdit les plages aux femmes avec bikini à l’est du pays ; ces interdits illustrent l’absence de l’État : que fait la police, que fait la gendarmerie ? Qui est derrière ces interdictions ?

Même la faute d’orthographe « trône ». Ph. Mekfouldji

Choléra à Blida ! Le chômage des jeunes dépasse les 22%. Qui s’en préoccupe ? Une virée du côté du littoral à l’ouest a laissé voir des centaines de jeunes s’occupants de parkings du bord des plages, de vente de fruits et légumes de saison. À la question de savoir ce qu’ils vont faire une fois la saison terminée, certains sourient en déclarant en riant : « Nous tenterons d’aller de l’autre côté de la mer. » Se donner le statut de réfugié en Europe vaut dix fois mieux que la vie sur place. À Mostaganem, 350 km à l’ouest d’Alger, les jeunes n’ont aucune qualification en sortant de l’école et du collège. Le taux d’échec est élevé mais qui s’en soucie ? Leur proposer une formation qualifiante les déshonore, eux qui sont témoins à longueur de journée et de semaines de la « réussite » phénoménale d’enfants de maires, de responsables à la wilaya (préfecture), d’enfants d’officiers supérieurs de l’armée et de la police. Au même moment, la mendicité croît dans le pays.

Partage inégal de la rente. Ph. Mekfouldji

Choléra à Blida et ailleurs ! Si la fièvre monte, c’est la faute au thermomètre. Les cas de choléra sont présents dans le pays dans six wilayas sur 48, mais le 3 août, date de son apparition, quelques cas confinés à deux wilayas – Blida et Tipasa – n’ont été reconnus que le 23 août, soit vingt jours après. On parle de 88 cas de choléra suspectés, dont 41 cas confirmés et le décès de deux personnes. Le SG du parti majoritaire – FLN – M. Ould Abbès a osé déclaré qu’ « il ne faut pas s’en faire au moment où nous enregistrons dans le monde 150.000 à 200.000 décès, l’Algérie n’enregistre que deux. »

Le cimetière comme issue fatale ? Ph. Mekfouldji

Le ministre de la santé s’était engagé à éradiquer la maladie en trois jours, vite contredit par le Pr Bengounia, ancien chef du service épidémiologie et médecine préventive au CHU Mustapha Pacha : « Le fait d’arriver hier et de dire qu’on va régler cela en trois jours, c’est une déclaration irresponsable. »

Les malades sont isolés. Ph. Mekfouldji

Choléra à Blida et cinq autres wilayas ! La ministre de l’éducation nationale, maintient vaille que vaille que la rentrée scolaire aura lieu le 5 septembre ; les parents hésitent à suivre, notamment dans les wilayas concernées où une forte concentration de jeunes est présente. Comment leur inculquer les mesures de précaution ? À qui ?

Immondices tout à côté des écoles. Ph. Mekfouldji

Eaux stagnantes partout. Ph. Mekfouldji

La télévision étatique n’a point programmé jusqu’à maintenant des émissions pour montrer aux familles quelles sont les règles minimales de protection. Au contraire, les chaînes étatiques rendent compte surtout du bulletin de santé du président Bouteflika, parti en Suisse pour des examens de contrôle. Parti juste à l’annonce du fléau ! Qu’en pensent les habitants des villes et villages touchés par la maladie ?

Submit comment

Allowed HTML tags: <a href="http://google.com">google</a> <strong>bold</strong> <em>emphasized</em> <code>code</code> <blockquote>
quote
</blockquote>