Catégorie : culture

Que vive le livre !

À la question de savoir quel est l’impact des jeux vidéo sur la disparition de l’amour de la lecture, M. Mahfoudh assura que l’activité de lecture existe toujours, pourvu également que les enseignants y mettent du leur pour que les auteurs soient mieux connus.

Khaymet El Hadj Brahim

Blida se devait de posséder ce genre de restaurant et elle s’en trouve fière. Reste aux autorités à améliorer l’accès au site, surtout que l’extension de la capitale Alger du côté de Bouinan va ramener encore par centaines une clientèle avide de nouveauté.

Blida se cherche

A Blida, les collégiens et lycéens, tout comme les étudiants, brillent par leur analphabétisme, courant derrière le diplôme, lequel n’est point une preuve d’un Savoir acquis mais une assurance pour un éventuel emploi qu’ils n’honoreront point.

Amin Zaoui dans un lycée

Les romans de l’auteur invoquent beaucoup le premier cercle familial ; Amin Zaoui évoquera devant les jeunes lycéens la mère qui n’avait jamais cessé de lui raconter des histoires, le berçant tout aussi bien que la tante et le père, jusqu’à lui inculquer cet amour pour la lecture, le voyage, l’évasion par les mots.

Farid Khodja et le r’beb

La première syllabe de « naranje », nar, signifie en arabe le « feu » , l’ « enfer ». « On veut faire de nous des « apatrides » dans notre propre ville ! Chanter devient alors une résistance, un engagement ». Serait-ce alors un ange en enfer ? nar-ange s’appliquerait-il à Farid Khodja et le r’beb ? Surtout que l’origine de l’agrume est persane, sanskrit et arabe